Comment sauver son couple pendant la coupe du monde, 2

par roqueeva  -  25 Juin 2014, 08:53  -  #Brésil

(Photo Belga)

(Photo Belga)

Le retour de notre Belge préféré, j'ai nommé Philippe ! Apparemment, tout va bien au domicile conjugale. La Coupe du Monde n'a pas eu raison de son couple comme il le craignait.

Deuxième épisode de la saga.

Le premier, est .

Attention, ça part un peu en vrille parfois...

Eva

 

 

#CJSMCPLCDM Episode 2

 

Séquence 1 – Extérieur jour.

Flash-back

 

V/O du narrateur :

Mardi 17 juin, 17h30.  Comme promis, nous voici arrivés sur la place du marché de notre riante commune bruxelloise.  Environ 3000 personnes nous ont précédés.  Il fait frais, mais sec.  C’est déjà ça.  Enfin, je vous dis « sec » en parlant de la météo, hein.  Nous sommes au pays de la bière, faudrait pas l’oublier. Les nombreux bistrots de la place ont donc installé des pompes à l’extérieur, histoire de pouvoir refaire le plein de bonne Jup(iler) dès que nécessaire (genre toutes les 10 minutes pour les plus résistants).

Quant à l’ambiance… Après tant d’attente, voir nos Diables au Brésil et sur grand écran, ça motive. On gueule la Brabançonne plus ou moins harmonieusement, et le match démarre.  Assez vite.  Jusqu’au péno accordé aux Algériens.  Bêtement.  Vertonghen, comme le reste du groupe est sous pression. Ca se voit.  Ca se sent. Ils n’imaginaient pas se retrouver là.  Malgré Wilmots qui les a briefés.  Malgré Van Buyten qui est le seul a avoir déjà participé à une Coupe du Monde. Tétanisé qu’ils sont.  Furax que je suis à la mi-temps.  Menés !  On rentre.

 

Séquence 2 – Intérieur Crépuscule.

V/O narrateur :

Bref, on est rentrés regarder la seconde mi-temps au calme. Et évidemment, entretemps, Fellaini ne s’est pas fait prier pour égaliser. D’un coup de tête rageur (mais je ne le verrai qu’après le match). Le temps d’allumer la télé, et Mertens double la mise. Doubles hurlements dans l’appart (et dans tous les immeubles de notre rue). On croise les doigts.  Victoire 2-1.  Pas glorieux, mais c’est déjà ça de pris.

S. (ma compagne, pour ceux qui ne suivraient pas) est conquise. On va regarder ensemble les autres matches des Diables. Donc encore au minimum 3.  Impossible que nous n’allions pas en 8èmes.

 

La semaine se passe. On attend le choc France/Suisse. Assez impressionnant, honnêtement. Même si je persiste à croire que c’est le deuxième but qui a assommé vos voisins d’alpage.

Nous sommes enrhumés.  Saloperie de match à l’extérieur !

 

Séquence 3 – Intérieur Jour

V/O narrateur :

Dimanche 22 juin.  Dans l’après-midi.  La tension monte, au propre comme au figuré.  La crève s’est déclarée… Dur d’être supporter...

18 heures.  Le match commence.  Le Roi Philippe et la jolie (si si) Reine Mathilde ont fait le déplacement. De Bruyne et Mertens affolent la défense russe, mais quand ça veut pas, ça veut pas. D’autant plus que Lukaku (surnommé « The Fridge » par la presse anglaise, il fait 1m91 et pèse 94 Kg) est raide comme un piquet de corner. Il n’en touche pas une.  Nous faisons illusion pendant les 45 premières minutes, et on se dit qu’on a beaucoup de chances d’avoir Vincent Kompany (anciennement voisin de S., au passage) comme capitaine.

Mais cette deuxième mi-temps… Le stress est à son comble.  Vous connaissez tous ce sentiment d’impuissance, d’illusions perdues, de rêves de grandeur inassouvis. Ben, on passe par là.

Jusqu’à la 88ème avec l’éclair de génie de Hazard et le sang-froid de Origi. Je vous autorise à dire qu’ils sont tous les deux passés par le LOSC.

Victoire 1-0.  On est en 8èmes.  Mais boudiou que ce fût dur.

 

En revanche, la joie est immense dans tout le pays.  On entend les hurlements de joie en provenance de la place du marché distante d’1,5 Km.  Ca klaxonne… longtemps et tard dans la nuit.

Mon canapé en a pris un coup, vous l’aurez peut-être lu par ailleurs.  Eden, Divock, vous m’en devez un.

Retour à la réalité.

Bon, c’est bien beau tout ça.  L’objectif étant d’éviter l’Allemagne au tour suivant pour affronter sans doute les Etats-Unis, il nous faut finir premiers du groupe. Jeudi contre la Corée, à 22h. Une fois encore, c’est faisable, et les commentateurs de la RTBF sont tous d’accord sur la tactique à tenir (jouer beaucoup plus haut).

Mais Willy n’en fera qu’à sa tête comme d’hab. Notre problème, c’est que nos adversaires connaissent le jeu développé pendant les qualifs. Ils savent qu’il ne faut pas laisser le moindre espace à Hazard et Lukaku.  D’où leurs relatives contre-performances.

Et il y a 3 cartons jaunes qui seront au repos.

Comme l’a dit Eurosport « La Belgique avance masquée ».

C’est pas faux.  Je vous livre deux noms, parce qu’on est entre nous : Januzaj et Defour.  Willy va les sortir de son chapeau.  Et ça va faire mal.  Ils ont faim.  Très faim.

A vendredi.  Jeudi soir, ça finira trop tard.

Philippe