Comment sauver son couple pendant la Coupe du Monde?

par roqueeva  -  17 Juin 2014, 11:02  -  #Brésil

Comment sauver son couple pendant la Coupe du Monde?

Philippe est Belge, vous allez vite le comprendre.

Philippe aime le foot, vous allez aussi le comprendre.

Philippe a beaucoup d'humour et une compagne. Qui n'aime pas le foot.

Il pensait que ce serait la guerre des Rose à la maison. Alors, il a commencé à tenir un journal de bord de la bataille en cours. 

Philippe est surtout une de mes très jolies rencontres virtuelles (avant qu'on ne se retrouve très vite autour d'une bière avec des frites).

Eva

 

Comment j'ai sauvé mon couple pendant la coupe du monde....

 

Préambule du 11 juin

Je vais vous avouer un truc : à l’origine, j’aime pas le foot. J’ai été deux fois au stade dans ma vie, et je ne suis pas le championnat, fût-il belge. Les seuls trucs que je regarde, quand mes enfants me laissent approcher de la zapette, c’est la finale de la C1, l’Euro par patriotisme (quand on y est), et la Coupe du Monde (même si on n’y est pas).

Donc voilà. Y’a deux ans, j’aurais regardé quelques matches, sans passion particulière. Mais...

Mais depuis deux ans, mon riant plat pays s’est découvert une équipe nationale composée d’une génération dorée. Jeune (22 ans de moyenne), souriante, soudée, et hyper-douée. Vous en connaissez quelques-uns, sans doute. Hazard, Lukaku, Kompany, De Bruyne sont des noms qui devraient vous dire quelque chose si vous regardez autre chose que la Ligue d’Ibra (j’offre une boîte de chocolats à celui qui arrive à prononcer Alderweireld convenablement. C’est un joueur, lui aussi).

Emmenée par un coach (j’entends Canteloup le dire avec la voix de Ribery. Je souris) qui sait ce qu’il raconte. Et épaulée par une campagne marketing qu’on prendra en case-study à HEC. 

Depuis deux ans donc, mon intérêt (et celui de la majorité de mes compatriotes) pour les Diables (rouges, faut-il le dire) va croissant. La pression monte. On commence par mettre la pâtée en amical à nos meilleurs ennemis bataves, puis on attaque la phase qualificative pour El Mundiiiaaaaaaaaal. Pas une défaite. On finit premiers de notre groupe. Ah ce carton de Kompany contre l’Ecosse ! 

Et le doublé de Lukaku en Serbie ! 

Ecoutez les commentaires de Rodrigo Beenkens sur le deuxième

Et hop, jeudi dernier la Coupe du Monde a commencé. Et mes soucis aussi. Ma compagne n’aime pas le foot. Ni le curling, ni le hockey sur gazon et encore moins le trampoline. Pas à la télé, pas dans un stade, et encore moins en faire.

Je m’en vais donc vous narrer au jour le jour, mon combat quotidien. Négocier pour voir quelques matches avant notre premier (ce soir, contre l’Algérie), ne pas hurler lors des actions chaudes (je m’emballe vite et madame a le sommeil sensible), tout en évitant le tirage-de-gueule du lendemain, les réflexions forcément blessantes, les dîners froids, et la chambre à part.

Souhaitez-moi bon courage.

 

Jour J - 12 juin.

7 heures. Petit dej avec Europe1 en fond.

- « Ah ? C’est aujourd’hui que ça commence ? » (vous avez compris à quel point ça l’intéresse). « Tu vas regarder ? »

- « Euuuh… Je pense bien, c’est le Brésil, chez eux, en match d’ouverture… Ca va être bien contre la Croatie qu’on a battue pendant les qualifs, toussa… »

- « Bonne idée ! Ca risque d’être chouette ! C’est à quelles heures ? »

- « 22 heures je crois (hum) »

- « Houlà ! Je dormirai à cette heure-là ».

Ca s’annonce pas mal.

Et effectivement, à l’heure du dîner, nous regardons distraitement la cérémonie d’ouverture dont vous conviendrez avec moi qu’elle était chiante bien comme il faut.

C’est à ce moment que S. (oui, ma compagne) s’aperçoit qu’il y a … Inspecteur Barnaby sur une autre chaîne. Concomitamment, je remercie les dieux de la technique qui nous permettent d’avoir deux télés dans l’appart.

Je regarde donc le match. Seul, mais je regarde. Et je jubile. Jusqu’à cette colossale erreur d’arbitrage qui permet aux Brésiliens de mener au score.

Je vais me coucher, fâché.

 

13 juin. Petit matin.

- «Coucou ! (bisou) Alors, ce match ? »

Alors là, méfiance. Soit elle a quelque chose à me demander, soit mon objectif ultime (à savoir l’emmener mardi soir regarder le match BELALG sur un écran géant pas loin de chez nous) est en passe de se réaliser. Va falloir la jouer fine.

Petit résumé du match, re-énervement rétrospectif.

- « Y’a un bon match ce soir ? »

- (Hum… Je tente) « Espagne/Pays-Bas. Remake de la finale de 2010. Ces sales c*** de Hollandais vont vouloir se venger » (Les Belges et les Hollandais se détestent, et pas toujours cordialement, sachez-le).

- « Et les Espagnols jouent vachement bien, hein ? »

Ne surtout pas la contredire !

- « Oh oui ! Ca risque d’être chaud. Et c’est à 21h00 ! »

- « Cool ! ».

Vais-je la convaincre de regarder avec moi ? La suite au prochain épisode.

 

14 juin. Lendemain de la veille.

Bon. J’ai regardé tout seul. Boulevard du Palais était trop tentant. Mais je n’ai regardé que d’un œil et demi. Et encore, quand les deux yeux n’étaient pas fermés ou embrumés de larmes de rire.

Jérôme était sur Twitter. Il n’aime pas les Espagnols (les Australiens non plus, mais on s’en fout). Et moi les Hollandais. J’ai vécu le LT le plus drôle depuis très longtemps. Jérôme a joui (deux fois, après il pouvait plus). Moi j’ai juré (deux fois, après ça ne servait plus à rien). Jusqu’au moment où la Mère Supérieure a débarqué dans le LT. Et là, on a beaucoup moins ri. Pourtant elle pourrait l’utiliser pour son blog, le LT. Jérôme et moi on abandonne nos droits.

Pas de foot ce soir. BBQ time avec des potes. Je connais deux filles qui seront derrière la Squadra Azzura. J’aurai des pensées pour elles.

A demain.

 

16 juin. Le surlendemain.

« Et le dimanche, Il se reposa ». Après mes agapes de samedi soir (ne m’en demandez pas plus), REPOS, Alka, sieste.

De quoi se (re)mettre en forme pour LE match que vous attendiez tous. Bon, ON a regardé. Comme quoi, le bourrage de crâne, ça fonctionne. Et après 3 hors-jeu, S. ma compagne a compris la règle (douée, hein).

Bref, que dire de ce match sans trop m’avancer avant celui que j’attends (moi) fébrilement ? Le Honduras est une équipe de catcheurs (pourtant Nadjar, qui joue à Anderlecht est un gentil garçon), manifestement pas au niveau de cette Coupe du Monde. Le point positif pour vous, c’est que cette victoire vous met dans une bonne spirale. Le danger c’est que Benzema prenne la place de Ribery comme cadre de l’équipe (ce qui n’est pas forcément bon à mon avis, qui n’engage que moi). Le vrai test sera la Suisse, mais tout ça vous le savez déjà.

 

En attendant, je m’inquiète un peu. Je supportais l’Espagne, branlée.

Je supportais l’Angleterre, défaite.

Je supportais le Portugal, déroute.

Un vrai chat noir comme m’a si gentiment dit Caroline ct’aprèm sur Twitter.

Mais comme on dit « jamais deux sans trois », et que le « trois » est déjà passé, je considère donc que nous conservons toutes nos chances pour le match de ce soir.

Match que NOUS (si, si : moi + ma compagne) devrions aller voir sur l’écran géant dont je vous ai déjà parlé. S. et ses avocats de patrons ferment le bureau 30 minutes avant l’heure. Car ils vont TOUS voir le match. Qui dans un bistrot, qui chez lui avec des potes, qui encore sur un écran géant.

En espérant que nous soyons épargnés par la pluie. En tous cas, vue l’ambiance, ça roulera bien dans Bruxelles cet après-midi dès 17h30. Y’a pas UNE rue dans laquelle je suis passé où il n’y a pas de drapeaux aux fenêtres. On y est. Tous ensemble.

C’est ça qu’est bon.

A demain

#GoBelgium.

Philippe

 

 

PRECISION DE TAILLE 

LT : live tweet soit commentaires en direct sur Twitter

Mère Supérieure : moi

Ca va vous coûter cher à toi et Jérôme !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Garance 18/06/2014 08:34

Fabuleux !!! Bonnes négociations !!!

rachoubidou 17/06/2014 19:58

Ahahah très bon ce billet... J'attends la suite des aventures de Philippe avec impatience !

marco 17/06/2014 12:39

j'en pleure de rire : merci Philippe !!