Il est pour le Brésil. Il a 12 ans

par roqueeva  -  4 Juillet 2014, 08:58  -  #Brésil

Il est pour le Brésil. Il a 12 ans

Cyrille de Lasteyrie. C'est son nom. Enfin, pas totalement. Son nom à rallonge nécessiterait une ligne. Ce que je pense de lui mériterait un livre. J'ai déjà beaucoup parlé de lui, ici

Ce matin, j'ai reçu ce texte. Je ne vais pas vous mentir. J'en avais les larmes aux yeux. Peut-être parce que j'entends sa voix. Que je sais quel super papa il est. Cyrille, c'est lui. Et bien plus encore.

Eva

 

Il est pour le Brésil. Il a 12 ans.

 

À sa naissance, dans son berceau, j'ai glissé une peluche de lapin et un ballon de foot en plastique. Au parc, quand il a fait ses premiers pas, j'ai glissé discrètement un ballon de foot dans le sac à jouets. Ça a marché, preuve que les choix des parents sont déterminants. J'aurais pu glisser un tutu ou un poney, mais j'ai préféré le ballon. Il a grandi en jonglant. Ensemble nous avons joué un millier de fois, entre deux platanes, deux tee-shirts ou quelques galets sur la plage. Je lui ai acheté un maillot de l'Equipe de France quand il avait 5 ans. Un maillot de contrebande trouvé sur un marché en Turquie où nous étions en vacances. Un maillot pour grandir dans le souvenir d'une victoire qu'il n'avait pas connue. 98. Des frissons, des larmes, des joies.

Un soir en rentrant de l'école, il m'a regardé avec son grand sourire et m'a montré son nouveau tee-shirt, tout jaune. Le maillot du Brésil. Il avait 9 ans.

Je lui ai demandé pourquoi. Il m'a répondu que le Brésil était la meilleure équipe du monde et que la France elle puait du cul : c'était juste avant la débâcle de Knysna. Il avait eu le nez creux. Cette équipe ridicule et grasse ne le faisait pas rêver, bien avant le bus. Il préférait Kaka à Anelka, je ne pouvais lui en vouloir...

Aujourd'hui, tandis que la France semble reprendre des couleurs, je porte fidèlement mon maillot Adidas à une étoile avec écrit Vinvin dans le dos. Lui, 12 ans, me nargue avec son maillot jaune Nike floqué au nom de Neymar. Il porte également le Neymar du Barça, et pas question de parler du PSG... Mon fils est libre dans ses choix, et ses choix ne sont pas déconnants. Je ne lui impose pas un patriotisme qui remonte, chez moi, à 1982, j'avais 12 ans moi aussi, quand avec mon père nous avions tous les deux pleuré, surtout moi, à l'issue de cette demi-finale de légende. 12 ans, l'âge où le football vous influence, occupe vos pensées, décore vos murs, réunit vos amis, sublime quelques folles actions imaginaires, quand vous rêvez d'être Platini ou Maradona, ou encore Messi, Neymar ou Christiano Ronaldo. Aujourd'hui nous jouons l'un contre l'autre, il jongle mieux que moi, court presque plus vite que moi, s'entraîne à des gestes que je ne vois plus qu'à la télévision. Il est beau, il est est grand, il est pour le Brésil.

 

Si tout se passe comme prévu, nous devrions lui et moi nous rencontrer en demi-finales le 8 juillet.

Cyrille de Lasteyrie, dit Vinvin (@vinvin)

rachouw 21/11/2015 06:31

C'est vraiment magnifique

Fablo 05/07/2014 08:35

Très beau texte ;-)

Resse 02/07/2014 09:42

C'est tout lui, dans ce joli texte. "Mon" Vinvin est un être rare. Aussi adorable dans la vie que drôle et touchant dans ses multiples vies sur internet. L'avoir rencontré est un des plus beaux cadeaux que m'ait apportés la fréquentation quotidienne des réseaux dits "sociaux".

Eva 02/07/2014 09:44

je valide et sur valide ces jolis mots...

BrunoGodard 24/06/2014 09:33

Cyrille, il faut que l'on se prenne un verre ensemble...

Eva 24/06/2014 09:34

ca m'aurait étonné ça ! Ce blog n'est pas un site de rencontres :-))

Nans 23/06/2014 12:40

Merci Cyrille, je vis un peu la même chose avec mon fils...

Guillaume 23/06/2014 12:40

Super billet :-)