Le dernier billet d'Yves

par roqueeva  -  13 Juillet 2014, 16:28  -  #Brésil

Le dernier billet d'Yves

Nous sommes le 13 juillet. Pendant un mois, tous les jours, Yves a été là. Pour vous. Un billet. Un dessin. Avec son humour, son énervement parfois. J'ai ri. Souvent. Très souvent. J'ai pris un plaisir immense à publier ses mots. Et je sais déjà qu'il va me manquer. Je n'aurai jamais imaginé que cette aventure bloggesque se ferait avec lui. Ce fut un magnifique cadeau quotidien. Alors, Yves, des milliers de mercis.

Eva

 

 

Remerciements.

Avant le dernier match qui opposera «deux équipe de 11 joueurs et à la fin c'est l'Allemagne ou l'Argentine qui gagne », mais je suppute l'Allemagne, je tiens à remercier :

Eva Roque, ma copine journaleuse/blogueuse/sauteuse à la corde qui m'a ouvert les bras de son charmant blog. Je m'y suis bien amusé, diffusant en toute liberté mes petites bêtises. Parfois, en le parcourant rapidement j'y ai trouvé des articles passionnants, souriants et bien tournés. Seul regret : rien sur les structures d'atomes à formation moléculaires en milieu ionique. Un manquement inacceptable quand on sait l'excellence de ce journal en ligne qu'Eva nous a servi durant toute la coupe du monde.

Bouygues, qui s'est amusé à créer des incidents techniques graves dans ma télé à chaque fois qu'une belle action avait lieu lors d'un match, mais qui a toujours réparé en direct... à la fin d'icelui.

Ma femme, pour avoir shooté plusieurs fois dans la télé, soit parce qu'elle tombait en panne aux meilleurs moments des prestations footballistiques, soit parce qu'elle contestait une décision de l'arbitre. C'est-à-dire toutes les décisions.

N.B : Cherche lourde télé entourée de plexiglas et vissable au plafond.

Kinder Pingui, Viandox et Fernet Branca, mes trois partenaires plateau TV durant la compétition. Sans eux, une soirée foot aurait cruellement manqué de saveur gourmande .

Le temps pourri : que je remercie également. Grâce aux trombes d'eau, j'ai pu assister à des matchs sans me dire qu'on serait mieux dehors pour tailler les rosiers, faire du jogging ou des conneries comme ça.

Mes profs de français : Sous leurs conseils bienveillants, j'ai pu m'exalter tout le long du mundial en remplaçant les mots « enculé, quel connard, mais passe cette balle bordel, quel arbitre de merde... » par « Faquin, la peste de ce joueur, baille le ballon à ton partenaire démarqué voyons, quel arbitre malavisé... ».

Merci à tous

Fin.

Yves (@monpsyvite)

Garance 13/07/2014 22:22

Merci au Blog de ma chère Eva de m'avoir fait découvrir Yves.
Je suis fan !