Sur l'écran noir de mes nuits blanches

par roqueeva  -  10 Octobre 2016, 14:21

Sur l'écran noir de mes nuits blanches

"Y'a jamais rien à la télé"

"Mais bon sang, y'a que de la merde" (comprenez ... "à la télé")

Tels des Jean-Pierre Coffe du petit écran, les anti-télé répètent à souhait ces phrases sans même regarder le programme...

Quelques conseils matinaux à la radio parviennent parfois à convertir les plus ouverts à la discussion. Pour les autres, je range mes prescriptions dans mon tiroir (pour ne pas dire dans ma culotte) et continue de défricher les grilles dans l'espoir de trouver un petit moment de bonheur.

 

Il suffit parfois d'une image, d'un témoignage, ou encore d'une musique pour qu'un rendez-vous télé ait un intérêt. Et puis, il y a ce moment où vos yeux bloquent sur une pépite. Ce moment de la semaine où vous savez déjà que de vous poster devant l'écran sera un plaisir. Une parenthèse dans le temps.

 

Ce soir, sur France 5, au première seconde de ce film, téléportation assurée.

Direction New-York. Une ville en noir et blanc vibrant au rythme des notes de Gershwin... 

Woody Allen, New York, Diane Keaton, du jazz pour un chef-d'oeuvre : Manhattan.

Et Rhapsody in blue pour la scène d'ouverture.

Un concerto écrit en 1924, qualifié de "musique de nègres" par certains. Un comble quand on sait que le chef d'orchestre au côté de Gershwin s'appelait Paul Whiteman. 

 

Manhattan, c'est le souffle de Woody Allen, les notes bleues de Gerswhin, la lumière de New-York. La liberté. 

96 minutes de bonheur à travers un écran.

Celui de la télé, ce soir.

Comme quoi...

 

Stella 10/10/2016 16:39

Merci pour le conseil ;)