Rentrée 2

par roqueeva  -  30 Août 2015, 19:52

Rentrée 2

Allez zou, c'est parti.

Ah non, reparti.

Ben oui, la rentrée c'était lundi. Vous savez ce jour où votre ventre gargouille un peu plus que d'habitude. Je vous l'ai déjà raconté.

Une semaine plus tard, c'est encore la rentrée.

Celle des prof, des élèves, des collègues-aoûtistes, des commerçants qui relèvent le rideau. C'est le retour des embouteillages, du métro bondé, des parents qui bouchent les rues avec leur voiture parce que faudrait pas se fatiguer en marchant le premier jour de la rentrée, des copines qui te demandent une énième fois "elle est bien cette salle de gym ?" et la même réponse "oui mais ça sert à rien de t'inscrire. Tu vas pas y aller", les rendez-vous chez le médecin parce que pendant l'été c'est quand même un petit peu compliqué de se faire soigner (au fait, vous avez pensé au certificat médical pour vous inscrire au club de sport ?), les émissions de télé qui réapparaissent sur les écrans (non, je ne ferai aucun commentaire), les auditeurs et les lecteurs plus nombreux et en grande forme côté commentaires, et... les livres.

600 !

600 romans inédits sortent en quelques jours.

Et chaque année, je me pose la même question. MAIS POURQUOI ? Pourquoi 600 d'un coup ? Les tronçonneuses ne fonctionnent qu'en été ? Les arbres ne font plus de papier après août ? Les éditeurs partent en vacances ? Les auteurs perdent leur inspiration ? Les librairies ont vidé leur cave et la nature ayant horreur du vide, il faut remplir ? Les journaux ont déjà fait leur supplément spécial inédit Immobilier / Franc-maçonnerie et c'est toujours bien un dossier spécial pour la rentrée (ça fait plus sérieux) ?

 

Non mais sans déconner...

Vous imaginez la même chose au cinéma ? 600 films d'un coup. Une seule séance en une semaine pour chaque film. A vous de trouver le bon moment.

600 pièces de théâtre. Et des comédiens qui joueraient 10 rôles en un mois.

600 expositions. Un bout de mur pour un artiste. Et Picasso qui partage l'espace avec Basquiat ou je ne sais qui.

600 disques. Et des plateformes musicales qui explosent (en même temps... y'a peut-être une idée à creuser...)

 

Et nous, pauvres lecteurs, on fait comment pour choisir ? Parce que sur les 600 romans, dix sont sélectionnés par les médias. Des auteurs déjà lus, déjà connus. Pour les autres, aucune chance d'apparaître, de capter l'attention. Noyés dans une masse de papier. Où le meilleur côtoie le pire.

C'est du marketing me diront certains. Ah bon ? Je pensais que c'était l'Académie française qui avait exigé qu'en septembre 600 romans déboulent dans les librairies. Ca ressemble plus à un coup de l'Académie des 9.

Résultat ? Je n'achète aucun roman de la catégorie "Rentrée littéraire" (oui, j'en ai reçus et ils attendent d'être ouverts). Voilà. C'est malin hein ?

 

En attendant, bonne rentrée à vous tous.

Prenez autant de plaisir que Pico Bogue à retrouver le chemin de l'école. Vous savez ce lieu où on forme notre cerveau, où les livres alimentent notre culture générale. Et nous font grandir.

Thomas Loret 03/09/2015 11:43

Tellement d'accord avec vous Eva. Je n'ai jamais compris pourquoi il y avait ce déferlement de livres en Septembre. En plus nous sommes assez pris par notre propre rentrée (et le coût qu'elle peut engendrer). Ce doit être difficile pour les jeunes auteurs. Je ne sais pas si on peut parler de stratégie. Peut-être que les maisons d'édition pensent déjà à Noël, je ne vois que ça.

Laure Albernhe 31/08/2015 12:02

Les sacro-saints Prix Littéraires nous surprendraient joliment s'ils nous révélaient des auteurs qui ne figurent pas dans le Top 10…

Laure Albernhe 31/08/2015 11:59

Même énervement contre le marketing, la course aux prix littéraires et les stratégies des maisons d'édition. Et lorsque nous sommes de ce côté-ci des médias, difficile d'échapper aux fameux dix noms du top pré-digéré… Pas facile de trouver du temps pour dégoter les chefs d'œuvre inconnus. Mais ne boudons pas notre plaisir, car dans le fameux Top 10, il y a aussi du bon. Notamment le livre de Delphine de Vigan. A part ça, n'oublions pas Agnès Desarthe et son merveilleux "Ce cœur changeant". Entres autres bons outsiders.

Eva 31/08/2015 15:50

Merci Laure !! Et tellement d'accord avec toi... Le talent est une denrée rare. Protégeons-le, apprécions-le à sa juste valeur...